Street art Paris

Galerie Onega - Le street art vaut de l’or

Le street art vaut de l’or


En 1985 Jean Michel Basquiat fait la couverture du New York Times. L’article, intitulé “New art New money, marketing of an american artist” retrace la saga d’un fils d’immigré haïtien, qui de la rue aux galeries et musées prestigieux est devenu le chef de fil et l’inspirateur d’un mouvement qui ne cessera de s’amplifier: le street art. On notera que l’artiste n’était pas le seul éclaireur de la discipline. Aux États-Unis Keith Haring possédait sinon l’aura au moins la même notoriété et en France Blek le rat, Jacques Villeglé et Ernest Pignon-Ernest servaient de modèles à une génération de rebelles pour lesquels la rue devenait une immense toile à ciel ouvert.

Quelques décennies plus tard ce ne sont plus quelques mégapoles qui servent de terrain de jeu à ces trublions du pochoir et de la bombe aérosol mais toutes les cités du monde. Il est loin le temps où Basquiat se contentait des murs de la grosse pomme pour signer Samo.

Désormais les Banksy, JonOne, Shepard Fairey, JR, Jef Aérosol ou Speedy Graphito opèrent au-delà de leurs frontières nationales jusqu’à dresser une carte mondiale de leur conquête comme le fait Space Invader sur son site Internet. Le street art qui n’intéressait il y a quelques années encore qu’une poignée d’initiés est devenu en l’espace d’une décennie un art très prisé des collectionneurs.

De nombreuses galeries qui ne lui accordaient auparavant qu’un crédit limité, l’ont inclus de façon importante dans leur catalogue et Artcurial connaît chaque année une progression de ses ventes phénoménale.

C’est dans ce contexte exceptionnel et dans un marché en pleine expansion que Nailia Nourkhaeva est devenue une référence en la matière. Car la fondatrice d’Onega, l’une des premières galeries de street art ouvertes à Paris a accompagné à leurs débuts de nombreux grands noms de l’art actuel passés de la rue aux cimaises. Son expertise vaut de l’or, comme cet art frais, jeune, irrévérencieux qu’elle défend avec passion. En raison de leur forte identité les oeuvres et les artistes qu’elle promeut sont des valeurs sûres. Ces talents viennent des quatre coins du monde. Ils s’appellent Enjoy, Smael ou Jonas SUN7 et ils sont très prometteurs.